Categories

Le rival européen Uber, Bolt lance des vélos électriques à Paris

bolt-paris

L’application Bolt a lancé un programme de partage de vélos électriques à Paris, élargissant son offre de transport alors même qu’Uber fait fi de ses propres ambitions en matière de vélos et de scooters.

La start-up estonienne a déclaré que les vélos seraient disponibles sur sa plateforme à partir de mercredi. Les utilisateurs devront passer du taxi-hail aux vélos dans l’application, et pourront ensuite en débloquer un en scannant un code QR.

Il s’agit d’un investissement important de Bolt dans les services de « micromobilité », qui ont été durement touchés après que la pandémie de coronavirus ait anéanti la demande dans l’industrie encore naissante. Bolt parie que de telles offres l’aideront à sortir de la crise après la chute de 75 % de ses ventes en mars.

« Notre nouveau service de partage de vélos en ligne contribuera également à répondre à la demande de modes de transport individuels légers et écologiques, qui a connu une croissance due à la sortie progressive des villes européennes de la quarantaine COVID-19 », a déclaré Dmitri Pivovarov, directeur de la micromobilité chez Bolt. « Nous pensons que la micromobilité devrait être accessible et abordable, surtout dans des moments comme celui-ci ».

L’entreprise s’est développée dans de nouveaux segments de produits suite à un changement de marque en 2019, passant de Taxify à Bolt. La société a lancé ses premiers scooters électroniques à Paris en 2018, puis a mis en place un service de livraison de nourriture dans sa ville natale de Tallinn en août de l’année dernière.

Bolt a choisi la capitale française pour le premier lancement de ses vélos électriques, mais a déclaré qu’il prévoyait de lancer des vélos dans d’autres capitales européennes dans le courant de l’année. Il propose actuellement la location de scooters dans 21 villes d’Europe.

L’expansion de l’entreprise dans ce domaine intervient après qu’Uber a mis au rebut des milliers de vélos et scooters électriques suite à la vente de sa division Jump à Lime en mai. L’entreprise avait déjà déclaré vouloir « doubler » le nombre de véhicules à deux roues en 2020, mais c’était avant l’épidémie de grippe A (Covid-19).

Bolt, dont les investisseurs comprennent le constructeur automobile allemand Daimler et le géant chinois Didi, a récemment été évalué à 1,7 milliard d’euros (1,9 milliard de dollars). La société affirme qu’elle n’a pas dû procéder à des licenciements pour réduire les coûts pendant la crise du coronavirus – contrairement à ses homologues de la Silicon Valley – mais elle a admis avoir réduit les salaires de 20 à 30 % en avril et mai.