Categories

Avis du Gocycle G3 – Démontable mais non pliable!

gocycle-g3-entete

Le Gocycle G3 est un vélo de ville d’un poids total de 3 299 livres sterling, d’un faible poids total et d’une technologie très intéressante. Si vous avez certains besoins (et beaucoup d’argent), c’est peut-être le vélo qui vous convient le mieux. Il y a beaucoup de choses à apprécier, notamment son design élégant, son assistance configurable, sa transmission entièrement fermée et sa conception démontable et emballable. Pour la plupart des gens, il existe un vélo de ville qui fera aussi bien l’affaire pour beaucoup moins cher, mais si vous êtes convaincu par son look ou qu’il s’adapte parfaitement à votre style de vie, vous aurez un bon vélo électrique au look unique.

Les bons plans du moment!

Découvrez ci-dessous les meilleures offres du moment. Ces dernières très intéressantes sont bien sûr éphémères. A vous d'en profiter au plus vite!

Chez Alltricks

Alltricks est une marque haut de gamme de Decathlon

Chez Go Sport

Le Gocycle G3 en détail

Poids

Le poids d’abord. Le cyclisme revendique un poids de 16,3 kg pour le G3. Le nôtre était un peu plus lourd que cela, à 16,9 kg, mais c’est quand même un e-bike très léger, 5 kg de moins que l’Orbea Katu-E et le Kalkhoff Sahel que nous avons eu récemment, qui sont tous deux des 20″.

Autonomie

Le gain de poids provient en partie de l’utilisation d’un alliage de magnésium moulé par injection pour le cadre et les roues afin de maintenir le poids de ces éléments aussi bas que possible. Le moteur compact de 250W du moyeu ne semble pas peser grand chose non plus. La batterie n’est pas énorme, à 300Wh, donc vous n’obtiendrez pas une autonomie massive du G3 – Gocycle suggère un maximum de 80km, mais c’est un vélo de ville conçu pour de courts sauts, pas pour un grand tour.

L’intégration est ici un thème clé. La batterie est intégrée dans le cadre, comme tous les câbles, et le groupe motopropulseur est complètement fermé, ce qui permet un entretien très réduit et un fonctionnement propre, ce qui signifie que vous serez beaucoup moins réticent à l’amener à l’intérieur. Il y a un feu de jour à l’avant du guidon, et un écran LED à l’arrière qui vous informe sur le fonctionnement du vélo.

Accessibilité

Le vélo est contrôlé et configuré via une application pour smartphone. Vous pouvez définir le mode d’assistance – il existe trois modes standard et un mode personnalisé – et vous pouvez configurer la courbe de puissance, la vitesse maximale d’assistance et la fonction d’accélérateur pour chacun d’entre eux. Vous pouvez régler le moteur pour qu’il fonctionne jusqu’à 40 km/h. Il est donc possible de configurer la moto pour qu’elle soit techniquement illégale sur les routes du Royaume-Uni. Vous recevez un avertissement si vous faites cela. Non pas qu’on le sache, évidemment…

En ce qui concerne les vitesses, le Gocycle utilise un moyeu à trois vitesses, avec un changement de vitesse électronique prédictif. Le vélo change de vitesse en fonction de votre vitesse (il est préférable de reculer lorsque vous voulez changer de vitesse), et vous pouvez également sélectionner le rapport que vous voulez à l’aide d’une commande rotative sur le guidon. Il y en a deux : l’autre commande les feux de jour et fait également office d’accélérateur rotatif, si vous avez activé cette fonction.

  Le Gocycle G3, non pliant mais démontable  

Le Gocycle G3 n’est pas un vélo pliant, mais il est démontable et tient dans une valise de transport avec une station d’accueil qui est très compacte en effet. Les roues se fixent d’un côté à la fourche monobloc et au bras oscillant arrière à l’aide de trois leviers de blocage et il faut dix secondes pour retirer une roue ; elles sont également identiques, car les engrenages et les freins restent en place lorsque vous les retirez. La tige de selle est amovible, les barres se rabattent et en libérant l’amortisseur arrière, vous pouvez faire pivoter le groupe motopropulseur, ce qui permet de ranger facilement la moto dans un espace assez restreint ; c’est idéal pour la ranger sur un camping-car, par exemple.

Le G3 est un modèle unique, avec une tige de selle à angle réduit. Le fait de relever la tige de selle permet aux conducteurs de grande taille d’atteindre plus facilement le guidon. Des freins à disque hydrauliques avant et arrière permettent de vous arrêter rapidement, et une double béquille permet de vous immobiliser.

Le look du Gocycle est unique et élégant, avec des lignes épurées et un aspect très moderne. En ce qui concerne la conception du cadre, la taille unique fonctionne assez bien ici. La tige de selle est plus inclinée par rapport à la verticale pour vous donner plus de portée si vous êtes plus grand, ce qui est assez efficace ; elle place votre poids plus loin sur l’arrière du vélo, ce qui peut amener le moteur du moyeu avant à se débattre un peu dans les pentes plus raides, mais c’est un problème mineur et vous devez juste vous rappeler de maintenir la roue avant lestée en avançant un peu. Le vélo se comporte bien : ce n’est pas le 20 pouces le plus naturel que nous ayons essayé, mais il est facile à piloter et la direction est précise. Il y a quelques grincements et craquements des différentes charnières et interfaces en cours de route, mais rien d’alarmant.

Puissance

La puissance du moteur est bonne, même si l’unité est minuscule. Dans ma montée de référence (1,5 km à 6 % avec une section de 12 %), le Gocycle n’était pas en difficulté et le trajet jusqu’au sommet a été facile ; pas aussi facile qu’un bon vélo à moteur central, mais tout de même très performant et le moteur dépasse définitivement son poids. Le Gocycle est assez bruyant quand il travaille dur, donc si vous aimez être furtif quand vous recevez un coup de main, ce n’est probablement pas le vélo qu’il vous faut. Grâce à l’application, vous pouvez configurer le vélo pour qu’il vous donne une assistance jusqu’à 40 km/h. Ce n’est pas légal sur les routes du Royaume-Uni et l’application vous le dira. Si vous le réglez sur la puissance maximale, nous imaginons que vous trouverez le Gocycle très amusant et que vous épuiserez la batterie de 300Wh en peu de temps. Non pas que nous l’ayons découvert, bien sûr.

En supposant que vous respectiez la loi et que vous atteigniez une vitesse maximale de 25 km/h, la portée du Gocycle est acceptable. Il est peu probable que vous vous approchiez des 80 km d’autonomie annoncés, même dans un endroit plat, mais vous pouvez vous attendre à devoir payer 25 à 50 km, selon le degré de difficulté de votre trajet et votre poids. Et aussi de ce que vous demandez au vélo de faire.

La courbe de puissance est configurable à partir de l’application pour smartphone ; Gocycle y voit un argument de vente majeur, et il est assez facile de jouer avec la courbe (ce n’est pas vraiment une courbe, mais plutôt une ligne droite) pour régler l’assistance. La bicyclette est équipée d’un capteur de couple et vous pouvez choisir comment ajouter de la puissance moteur à ce que vous mettez dans les pédales. Il est assez polyvalent et vous pouvez vous en servir dans l’application pour affiner les réglages. Une chose que je voudrais dire, c’est que je ne pense pas qu’il soit nécessairement possible qu’un profil de puissance soit le bon pour tous vos déplacements. Ou plutôt, je pense que c’est possible, mais il faudrait prendre en compte certaines mesures de conduite – surtout la pente de la route – que le Gocycle ne mesure pas actuellement. Un système qui ajuste intelligemment la courbe de puissance du vélo en montée pour les collines et en descente pour les plaines serait formidable ; c’est la prochaine étape logique pour l’application Gocycle. Si vous vivez dans un endroit où le terrain n’est pas difficile, vous serez probablement capable de faire en sorte qu’un mode fasse à peu près tout. Dans la région vallonnée de Bath, ce n’est pas si facile.

L’un des autres arguments de vente du Gocycle est qu’il se range dans un petit sac, et c’est vraiment le cas. Les roues se détachent facilement grâce à la conception unilatérale, les moyeux et les freins à disque restant en place pour qu’il n’y ait aucun problème à les remettre en place. Ensuite, le cadre et la direction se replient et le tout se range dans une toute petite valise. De tous les points positifs du Gocycle, c’est probablement le meilleur : c’est un beau design. Ce n’est pas un vélo pliant en tant que tel, car il faut environ cinq minutes pour tout démonter. Ce n’est donc pas quelque chose que l’on voudrait faire tous les matins sur le quai de la gare, mais si vous voulez un vélo pour remettre votre mobile home, ou même votre yacht si vous aimez le yachting, c’est plus ou moins parfait pour ce travail. La construction et l’effondrement du vélo sont facilités par le fait que tous les éléments boueux du groupe motopropulseur sont complètement enfermés et qu’ils sont protégés des intempéries, ce qui signifie également que l’entretien nécessaire est minimal. Pas de réglage des vitesses ni de nettoyage de la chaîne. De même, la façon dont les freins à disque et les rotors restent en place lorsque les roues sont démontées signifie que vous n’avez pas à les toucher et qu’il n’y a pas de problème de parallélisme lorsque vous remontez les roues. Tout cela est très bien pensé.

L’affichage et les commandes du Gocycle l’ont laissé tomber. Le guidon en plastique fumé comporte deux rangées de dix LED, trois au milieu pour les vitesses et quatre bleues qui vous indiquent le mode d’éclairage dans lequel vous vous trouvez. L’une des rangées de LED sert exclusivement à vous indiquer la vitesse. Comme il n’y a pas d’échelle, c’est pratiquement inutile. La conséquence de cela est que la puissance du moteur et le niveau de la batterie doivent se partager l’autre lecture, de sorte que vous n’obtenez des informations sur le niveau de la batterie que lorsque vous n’êtes pas sous tension. Si vous pédalez constamment, vous ne savez pas combien de batterie il vous reste.

La vitesse à laquelle vous roulez est constamment affichée au milieu. Le mode d’assistance dans lequel vous êtes n’est pas affiché, sauf si vous changez de mode. C’est médiocre, surtout lorsque l’écran consacre quatre diodes lumineuses simplement pour vous indiquer ce que fait le phare avant. Si vous voulez changer de mode, je l’ai fait principalement à partir de l’application. Et, d’après mon expérience, il vaut mieux s’arrêter pour le faire ; en effet, le manuel officiel met en garde contre la possibilité de « blessure au cycliste, voire de mort » si vous essayez de changer de mode en roulant, ce que je n’ai jamais vu dans un manuel de vélo électrique.

Vous pouvez changer de mode sans utiliser l’application, mais il s’agit d’un travail de cinq secondes impliquant les deux sélecteurs à torsion et qui est loin de la simple pression d’un bouton plus ou moins sur un interrupteur à distance. Sur un vélo où il est facile de passer d’un mode à l’autre, c’est ce que je fais régulièrement. Ici, c’est difficile, et le vélo semble donc un peu compromis. Comme je l’ai déjà dit, le profil personnalisable est une excellente idée, mais dans sa forme actuelle, il n’est pas assez intelligent ou adaptable pour être le bon réglage pour tout ce que je veux faire.

Étant donné que Gocycle se concentre sur le design – et le vélo est beau, et a remporté de nombreux prix de design – je suis déçu de l’expérience de l’utilisateur. Sur un vélo électrique, je veux pouvoir faire ce qui suit : voir dans quel mode je suis et le changer si je le veux ; voir combien de batterie il me reste. Tout le reste est plus ou moins une préoccupation secondaire. Le système de contrôle Gocycle n’offre vraiment qu’une de ces possibilités, et même cela à temps partiel, en choisissant plutôt d’afficher des choses moins utiles, ou pas utiles du tout. L’affichage a l’air cool, mais en termes de fonctionnalité, il est inférieur à pratiquement tout ce que j’ai essayé.

J’ai interrogé Gocycle à ce sujet, et ils m’ont dit : « Nous pensons qu’une fois qu’un mode a été sélectionné, très peu de personnes souhaitent passer à un autre mode sur le même trajet, donc un utilisateur est plus susceptible d’être conscient du mode sélectionné et nous ne pensons pas qu’il soit nécessaire de l’afficher à plein temps car cela prendrait inutilement de la place sur le tableau de bord ». Comme je l’ai dit plus haut, je ne suis pas d’accord avec cela, et il y a beaucoup d’espace sur le tableau de bord qui est rempli de choses beaucoup moins importantes. « Vérifier le mode, soit en maintenant les sélecteurs enfoncés, soit en vérifiant l’application, permet d’afficher facilement le mode et de le changer simplement et rapidement », ont-ils ajouté. Ce n’est certainement pas une corvée. Mais ce n’est pas non plus aussi facile que pour presque tous les autres vélos électriques.

La bonne nouvelle, c’est que les choses sont en train de changer. « Il y a un tableau de bord en cours de développement (ci-dessus), rendu visible par l’application Gocycle », m’a dit Gocycle. « Elle est déjà dans le domaine public – dont le design a été mis au point pour notre récent projet Kickstarter. L’intention est de simplifier encore l’interface en donnant aux cyclistes la possibilité d’afficher des informations clés – et des commandes sur le tableau de bord, via leur dispositif intelligent fixé au guidon par des bandes de silicone sur mesure. Ces bandes seront disponibles gratuitement dans la boîte du Gocycle au moment de l’achat et sont conçues pour s’adapter à une multitude de tailles d’appareils différents. Les cyclistes peuvent également choisir d’utiliser les supports pour smartphones pour afficher des cartes ». On s’oriente donc vers une information meilleure et plus claire en utilisant votre téléphone comme écran, et un système de montage personnalisé pour les bars également. Ce sera, à mon avis, une bonne chose. Gocycle s’attend à ce que les supports et l’application mise à jour soient disponibles au début de l’année prochaine.

Pour savoir à qui s’adresse ce vélo, il faut regarder ce qui est disponible. Si vous regardez un vélo à roues de 20 pouces, la conception compacte est probablement un argument de vente. Le Gocycle se range très élégamment, mais il ne se plie pas rapidement. Si vous cherchez quelque chose pour les trajets en mode mixte, un véritable classeur comme le Tern Vektron (née Elektron) vous conviendra probablement mieux. Si le rangement n’est pas un problème mais que vous souhaitez un vélo assez compact pour le stockage, il existe de nombreuses options : l’Orbea Katu-E et le Kalkhoff Sahel Compact sont plus polyvalents. Ils sont plus lourds et moins jolis, mais si vous cherchez à les transporter, ils offrent une meilleure assistance et une plus grande autonomie, et ils sont plus de mille fois moins chers.

Conclusion

Il est tout à fait possible que les atouts particuliers du Gocycle correspondent exactement à vos besoins : un vélo électrique élégant et propre qui se range très petit quand vous en avez besoin. Si c’est le cas, vous choisirez le Gocycle plutôt que n’importe quoi d’autre, ce qui le rend difficile à trouver : il est vraiment, vraiment bon pour un travail particulier, mais beaucoup de gens seraient mieux avec quelque chose de plus professionnel. C’est la plus belle conception de vélo électrique que j’ai vue, mais ce n’est pas le meilleur vélo électrique que j’ai conduit. Cela dépend de vos priorités.

Il est plus probable que ce soit plutôt un achat par désir. Vous pardonneriez les faiblesses du Gocycle si vous en étiez tombé amoureux, et soyons clairs : c’est un e-bike très compétent. Vous obtenez un vélo de ville intelligent, compact, propre, léger et pratique.